Analyse des modalités d’entrée dans la vie adulte des jeunes confrontés au chômageau Burundi

Loading...
Thumbnail Image
Date
2020-08
Authors
NIKUZE, Bertrand
Journal Title
Journal ISSN
Volume Title
Publisher
UB
Abstract
L’entrée dans la vie adulte est le franchissement de plusieurs étapes.L’individu adulte sort de la catégorie des personnes prises en charge pour prendre en main son existence et devenir un acteur de la société. Or, aujourd’hui, en raison de la pauvreté et le chômage auxquels la plupart des jeunes burundais font face, le calendrier des étapes marquant l’entrée dans la vie adulte sont souvent reportées.Ce report donne lieu à la pression sociale car le célibat au-delà d’un certain âge est mal vu. Au fur et à mesure que cette pression augmente, le jeune finit par comprendre que, dans une société où le statut social de l’individu s’acquiert par sa capacité à se marier et à fonder une famille, il n’a pas d’autre solution que de se marier. Notre travail vise d’abord à comprendre comment les jeunes chômeurs vivent les moments cruciaux d’entrée dans la vie adulte en l’occurrence la recherche du travail, le mariage et le départ du domicile parental.Nous essaierons ensuite de comprendre la place du mariage à l’heure actuelle, le sens et la signification que ces jeunes confrontés au chômage donnent au mariage et enfin analyser les nouveaux modes d’entrée dans la vie adulte des jeunes confrontés au chômage. Notre question de recherche est par conséquent la suivante: Quelles sont les nouveaux modes d’entrée dans la vie adulte adoptés par jeunes universitaires confrontés au chômage? A l’issue de l’analyse des résultats de notre travail de terrain réalisé à Bujumbura, nous avons découvert que les jeunes burundais sont favorables au mariage mais sa contraction est difficile à cause de la détérioration des conditions économiques. On a noté aussi que les ressources à la disposition du couple déterminent le type d’union choisi: les couples à faible revenu envisagent l’union libre ou le mariage à l’Etat civil uniquement. D’autres envisagent organiser le mariage religieux et civil avec peu d’invités en faisant fi du mariage traditionnel. Celui-ci perd du terrain au profit des mariages civil et religieux.Nous avons aussi découvert que les modalités d’entrée dans la vie adulte diffèrent selon le statut socio-économique des parents: Les chômeurs capables d’organiser un mariage normal c’est-à-dire le mariage civil, religieux et traditionnel sont ceux issus des familles aisées. Le départ du domicile parental ne pose pas de problème aux jeunes issus du milieu favorisé contrairement aux jeunes issus des milieux défavorisés et ces derniers ont des complexes à se tourner aux parents quand ils sont dans le pétrin, ce qui n’est pas le cas aux enfants du milieu aisé.
Description
Mémoire présenté et soutenu publiquement en vue de l’obtention du diplôme de Master en Socio-anthropologie
Keywords
Citation