PROBLEMATIQUE DE L’ALTERNANCE POLITIQUE AU BURUNDI DEPUIS LE « RENOUVEAU DEMOCRATIQUE » DES ANNEES 1990

En cours de chargement...
Vignette d'image
Date
2024-05
Nom de la revue
ISSN de la revue
Titre du volume
Éditeur
UB, FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES
Résumé
Notre recherche, intitulée « PROBLEMATIQUE DE L’ALTERNANCE POLITIQUE AU BURUNDI DEPUIS LE « RENOUVEAU DEMOCRATIQUE » DES ANNEES 1990 », examine les défis de l’alternance politique dans ce pays. Les années 1990 ont marqué un tournant majeur dans l’histoire politique du Burundi, avec l’amorce d’un processus de démocratisation après des décennies de régimes dictatoriaux et de violences interethniques. Le but de notre étude était de comprendre pourquoi l’alternance politique au Burundi demeure un échec malgré les mécanismes mis en place dans les années 1990 pour promouvoir une stabilité politique. Bien que les initiatives entreprises dans la période post-Arusha aient permis l’organisation d’élections libres et démocratiques, le Burundi reste en proie à des conflits cycliques, qui entravent les alternances régulières. Nous avons utilisé quatre approches théoriques et diverses analyses pour éclairer notre recherche. L’approche élitiste a permis de comprendre comment les élites politiques burundaises cherchent à dominer l’espace politique et prolonger leur pouvoir. La théorie constitutionnelle a servi à vérifier si les lois et les principes démocratiques basés sur la constitution sont respectés. La théorie interactionniste stratégique nous a aidés à analyser comment les interactions entre les acteurs politiques burundais ont influencé l’alternance politique et entravé le processus démocratique. Enfin, la théorie socio-historique du politique nous a amenés à revisiter le passé pour identifier les événements à l’origine de l’échec de l’alternance politique au Burundi. En conclusion, notre recherche a révélé que l’histoire politique du Burundi est marquée par une série d'instabilités politiques, de régimes autoritaires et de tensions ethniques, créant un environnement hostile à l’alternance démocratique. L’influence politique, le rôle des acteurs politiques et la gouvernance autoritariste ont entravé le développement de pratiques démocratiques durables. Cette dynamique est caractérisée par une logique de prédation et de patrimonialisation du pouvoir, souvent privilégiée au détriment de la démocratie.
Description
Mémoire présenté et soutenu publiquement en vue de l’obtention du diplôme de Master en Science Politique
Mots-clés
Citation